Le Cardinal Ravasi et Luc Ferry partagent leurs interrogations et donnent leur point de vue sur le fait de croire ou de ne pas croire, sur les questions radicales qui touchent aux grandes interrogations autour de la vie et de la mort, la vérité et le mensonge, l'amour et la douleur, le bien et le mal.
D'un côté, le Cardinal, en homme de foi, propose une magnifique traversée des grands thèmes du christianisme avec un fil conducteur : " croire et comprendre " (croire d'abord pour pouvoir comprendre ensuite). Selon lui, la vraie théologie est sur une ligne de crête entre deux abîmes dans lesquels il ne faut pas tomber : d'un côté, avoir une approche uniquement historique, factuelle, rationnelle, philosophique ; et de l'autre côté un mysticisme irrationaliste, un enthousiasme mystique.
De son côté, le philosophe, un " gentil ", s'interroge sur l'importance considérable de ce qui reste du message évangélique pour ceux qui, comme lui, ont perdu la foi. Il étudie l'universalité de l'amour dans le message du Christ, la place du Diable et du Mal dans le discours de l'Eglise, l'indispensable complémentarité entre foi et raison, l'essence de la laïcité, la personnification du divin, la notion de résurrection et la mort.
Fleurit alors un dialogue où s'entrecroisent deux regards et réflexions qui, ni ne se superposent, ni se rejettent. Les visions du philosophe et du Cardinal forment un diptyque captivant.